Le hamac

Notice parue dans : P. Singaravélou et S. Venayre (dir.), Le Magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Fayard, 2020, p. 385-389.  

1969. Le 19 novembre 1969, la mission spatiale Apollo 12 alunit dans l’Océan des tempêtes. À la différence de la précédente mission, au cours de laquelle Neil Armstrong a posé le premier le pied sur la lune le 21 juillet de la même année, la Nasa a équipé le module lunaire de deux hamacs d’un genre bien particulier, afin d’offrir de bonnes conditions de repos aux deux membres de l’équipage, Pete Conrad et Alan Bean, entre les deux sorties extravéhiculaires qui sont au programme. Ainsi, cet objet millénaire d’origine amérindienne, « découvert » par les conquistadors au 16e siècle, était mis au service de la conquête de l’espace.

La « mise en branle » du hamac par-delà les océans

Dès le premier voyage de Christophe Colomb en 1492, le hamac suscite la curiosité des conquistadors. Hamaka est un vocable d’origine caraïbe, utilisé par les peuples Taíno et Arawak pour qualifier ces « espèces de filets suspendus, que dans la langue de l’île Espagnole on appelait hamacs », comme le rapporte Bartolomé de Las Casas. L’objet est d’usage courant sur tout le continent américain et les termes utilisés par les peuples autochtones varient, ce qui explique par exemple qu’au Brésil on utilise un terme générique portugais, « rede » (filet), pour le désigner. À cette diversité des vocables correspond celle des techniques de tissage et des matériaux de fabrication, même si le coton est le plus courant et le plus apprécié des premiers colons.

D’usage domestique, le hamac est un meuble utilisé pour le couchage qui permet d’offrir confort et sécurité aux autochtones, protégés qu’ils sont, ainsi suspendus, des piqûres des insectes ou des morsures de petits animaux. Les colons espagnols et portugais adoptent le hamac indigène, qu’ils obtiennent dans le cadre du troc puis du travail forcé dans les obrajes, et dont ils usent pour la sieste et lors des déplacements ; preuve du métissage déjà à l’œuvre dans la vie matérielle. Pourtant, vu d’Europe, le hamac reste l’attribut archétypal des civilisations amérindiennes, comme en témoignent ces cartes où des hamacs sont pendus entre deux arbres sur les terres encore inconnues d’Amérique, comme dans la Cosmographie universelle (1556) de Guillaume Le Testu.

Dès le 17e siècle, le hamac quitte l’espace domestique pour gagner les caravelles et autres galions de la route des Indes. Désormais fabriqué dans les ateliers en Europe, le hamac répond à des normes de fabrication précises et standardisées. Dans la marine française, marchande et militaire, le hamac, aussi appelé « sac » ou « branle », est introduit par mesure d’hygiène, car il protège des morsures de rongeurs qui pullulent alors sur les ponts et dans les soutes des navires. À la différence des paillasses, il peut être lavé afin d’en éliminer les nuisibles (poux, tiques et puces, en particulier) et la crasse après une longue traversée. Les officiers, eux, usent d’un hamac plus large, à cadre de bois, dit à l’anglaise car adopté d’abord par la Royal Navy : c’est un objet hybride, entre hamac et lit, car il est équipé d’un matelas, de draps et de couvertures. À la fin du 18e siècle, les vaisseaux de ligne de la Royal Navy britannique peuvent accueillir entre 600 et 700 membres d’équipage. Une telle densité aurait posé de sérieux problèmes d’intendance sans le recours au hamac, dont la fonction est double désormais : lorsqu’il ne sert pas au couchage des marins, il est roulé en forme de boudin et posé au-dessus des pièces d’artillerie, contre les parois du navire, formant ainsi un bastingage qui protège les marins des tirs de mousqueterie et des éclats de bois pendant le « branle-bas » de combat.

La modernisation des équipements militaires ne signe pas l’abandon immédiat du hamac dans les navires, puisque son usage se poursuit dans la marine française jusqu’aux années 1960, lorsqu’il est remplacé par des couchettes. Par ailleurs, les armées de terre en ont usé lors des conflits majeurs qui ébranlent le monde à l’époque contemporaine. Terme générique employé pour qualifier des systèmes de couchage portables, le hamac est l’objet de nombreux réemplois, à l’instar de ce modèle créé au début des années 1850 par un médecin-chef français, Henri Scoutetten, pour le transport des blessés pendant la guerre de Crimée. Au 20e siècle, la US Army équipe ses troupes acheminées jusque dans la jungle tropicale de hamacs fabriqués en nylon imperméable, sur les côtes du Pacifique pendant la 2e guerre mondiale puis, plus tard, au cours de la guerre du Vietnam : le M1966 Jungle Hammock, équipé d’un poncho en forme de canopée, n’était cependant pas un modèle sans défaut, puisque son fond imperméable retenait les eaux de pluie. De la jungle vietnamienne à la conquête de l’espace, les États-Unis ont donc usé du hamac pour servir la cause impérialiste.

Si le hamac n’a guère remplacé le lit dans l’espace domestique en Occident, de nombreux brevets sont déposés à partir des années 1870, et d’abord aux États-Unis, afin de reproduire en grande quantité ces artefacts qui témoignent, selon l’historien suisse et spécialiste d’architecture Sigfried Giedion, de l’idéal de mobilité qui caractérise les sociétés modernes, et que l’on retrouve dans le dessin de ces meubles suspendus destinés à équiper les intérieurs de maison et les jardins, qu’il s’agisse du hamac moustiquaire (1885) ou du hamac convertible (1881).

Retour à la sphère de l’intime

L’usage du hamac comme couchage connaît un net recul en Amérique à l’époque contemporaine : les campagnes de pacification et les politiques d’assimilation forcée des populations amérindiennes menées par les États libéraux, au Nord comme au Sud du continent, ont accéléré sans nul doute ce processus. Et il est une autre institution, l’esclavage, qui, en disparaissant, y a fait reculer l’usage du hamac dans l’espace public, puisqu’il était encore courant dans le Brésil du 19e siècle que les maîtres et les planteurs se déplacent dans des chaises à porteurs ou des hamacs suspendus à un tronc de bois portés par deux forts esclaves ganhadores, comme en témoignent les lithographies de Jean-Baptiste Debret faites à Rio de Janeiro.

Toutefois, le hamac est encore utilisé de nos jours en Amérique, en Afrique ou en Asie, pour le repos dans les intérieurs, et pour le couchage sur ces bateaux qui circulent sur les affluents de l’Amazone ou du Río Paraná. La production artisanale, réduite à portion congrue depuis longtemps, se maintient grâce à la perpétuation de pratiques ancestrales chez certaines tribus amérindiennes, documentées par de nombreuses études d’anthropologie en Amérique du Sud, et par l’essor d’un marché de niche à destination du marché occidental, où le hamac tissé selon des techniques traditionnelles et avec des matériaux nobles est devenu un produit précieux, pouvant intéresser une clientèle en quête d’exotisme et d’ « authenticité ». Quant au hamac produit industriellement, il est désormais accessible au plus grand nombre, et dans de multiples déclinaisons de plus ou moins bonne qualité.

Un tel succès commercial trouve peut-être son explication dans la dimension symbolique de cet objet depuis l’époque des grandes explorations. Les représentations culturelles, visuelles ou intellectuelles autour du hamac nourrissent un imaginaire dans lequel l’âme et le corps se laissent aller à la  langueur, dans une atmosphère propice à la sensualité. Ainsi Gustave Courbet peint-il en 1844 un tableau intitulé Le Hamac ou le rêve : ce portrait de l’une de ses sœurs, Zélie, a été refusé au Salon de Paris, probablement du fait de la charge érotique trop explicite qu’il y avait dans la pose de cette « jeune provinciale », assoupie sur un hamac suspendu entre deux arbres à l’orée d’une forêt, et dont la robe déboutonnée laisse apparaître la poitrine blanche, couverte d’un voile transparent – une scène où le rêve confine à l’extase. Si la chose est vraie sous des climats tempérés, elle l’est plus encore sous les tropiques. En 1933, l’anthropologue Gilberto Freyre fait du hamac l’un des objets symboles du métissage qui serait à l’œuvre depuis l’époque coloniale entre le maître et l’esclave au Brésil : « Dans notre façon d’être tendre, dans notre mimique excessive, dans notre catholicisme qui est un délice des sens, dans notre musique, dans notre manière de marcher, de parler, dans les cantiques qui ont bercé notre enfance, bref dans toutes les expressions sincères de notre vie, l’influence nègre est patente. Celle de l’esclave ou de la domestique noire qui veillait sur notre sommeil. (…) De la mulâtresse qui nous tirait les vers des pieds comme si elle faisait une caresse. De celle qui nous a initié à l’amour physique et nous a donné, dans le hamac qui grinçait sous le vent, notre première impression de virilité. »

Si le hamac est aujourd’hui un objet familier que l’on associe volontiers dans l’imaginaire occidental aux vacances et à la douceur de vivre sous les tropiques, il est aussi cet objet amérindien qui, tiré de son cadre domestique originel et remodelé de diverses manières, a été mis au service d’ambitions impérialistes, en particulier celles de la monarchie espagnole, de l’Empire britannique et, plus tard, des États-Unis.

Références 

Michel Vergé-Franceschi, « Hamac », Dictionnaire d’histoire maritime, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 723-724.

Nicholas Rodgers, La Royal Navy et ses hommes. Naissance d’un modèle (1750-1780), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018.

Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves. La formation de la société brésilienne (Casa Grande e Senzala), Paris, Éditions Gallimard, 1974. (1ère éd., 1933)

Inga Wiedemann, « Brazilian Hammocks », Zeitschrift für Ethnologie, 104, 1979, pp. 105-133. https://www.jstor.org/stable/25841689

Sigfried Giedion, Mechanization Takes Command: A Contribution to Anonymous History, Oxford, Oxford University Press, 1948.



Citer ce billet
sebastienrozeaux (2021, 1 octobre). Le hamac. Le hamac. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pfxp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search