Présentation de thèse d’Oriane Déchand: Représentation et autoreprésentation des populations natives dans la vice-royauté du Pérou (XVIe-XVIIe siècles). Entre normes impériales et stratégies individuelles.

Dans le cadre du parcours ibérique du Master d’histoire moderne et contemporaine, Oriane Déchand, doctorante à l’UT2J, sous la direction de Michel Bertrand présentera le vendredi 21 janvier de 14h à 16h (MDR, salle E411) l’avancement de ses recherches.

Au XVIe siècle, la mise en place du système de domination coloniale en Amérique ibérique s’accompagne de l’élaboration de catégories socio-raciales qui classifient et ordonnent la population (indios, mestizos, negros, etc.), et correspondent à autant de contraintes et de privilèges sur le plan social, fiscal et juridique. Particulièrement rigides dans leur conception et paradoxalement marquées par une certaine fluidité dans leur application, ces catégories sont fondées sur un corpus théorique élaboré en grande majorité en Europe, et alimentées par tout un ensemble de représentations, d’images, de discours portés sur les natifs. Le terme de « représentation » constitue une notion charnière de par son ambivalence. A la fois imaginaire entourant les « Indiens » et capacité à parler et agir en leur nom, la représentation des populations natives semble être avant tout l’affaire des Espagnols : ce sont essentiellement eux qui produisent et contrôlent le discours porté sur les populations natives mais aussi leur capacité à être représentés en justice. Notre questionnement concerne le rôle joué par les populations natives dans la mise en place de ces catégories, dans les représentations qui les sous-tendent et dans leur évolution au long des XVIe et XVIIe siècles. Comment leur propre manière de se représenter influence-t-elle ces catégories socio-raciales et leur fonctionnement ? C’est en se réappropriant leur parole et leurs représentations que les populations natives peuvent passer d’objet à sujet. Mais au-delà du discours, les populations andines mettent également en place des stratégies pour faire entendre leur voix et faire valoir leurs intérêts, que ce soit ceux des communautés ou des individus. De fait, l’immense diversité de ce groupe social que constituent celles et ceux qui sont catégorisés comme « indios » nous oblige à penser ces stratégies à plusieurs échelles. Dans le domaine judiciaire, la question de la représentation est particulièrement révélatrice d’un rapport de forces dans lequel intervient, sous de multiples formes, l’agentivité (agency, capacité à agir) des populations natives. Notre étude couple donc un travail sur des procès impliquant des natifs à l’analyse de plusieurs testaments indigènes, autre lieu fondamental d’une parole native qui relève, du moins en partie, du privé et de l’intime.



Citer ce billet
Guillaume Gaudin (2022, 6 janvier). Présentation de thèse d’Oriane Déchand: Représentation et autoreprésentation des populations natives dans la vice-royauté du Pérou (XVIe-XVIIe siècles). Entre normes impériales et stratégies individuelles. Le hamac. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pfxt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search